Présidentielle 2017 : Le dérapage contrôlé du SKRT

Le SKRT n’en finit plus de faire des émules ! Le 22 avril en a encore été un exemple flagrant.

Qu’il s’agisse des citoyens lambdas ou des candidats eux-mêmes, la campagne a vu le SKRT prend de plus en plus d’ampleur au fur et à mesure de l’approche de l’échéance du premier tour. Retour sur un phénomène de société underground.

Le 18 mars 2017, le Conseil Constitutionnel publie au Journal Officiel la liste des candidats à la présidentielle. Ils ne sont pas moins de 11 ! A cette date, les adeptes du SKRT sont alors à peine plus nombreux en France. On dénombre quelques dizaines d’avant-gardistes principalement à Paris. S’ils sont encore rares, les SKRTeurs (on dit bien « SKRTers » outre-Atlantique) hexagonaux n’en sont pas moins vocaux : ainsi, à l’annonce de la qualification de François Asselineau, les rues parisiennes ont pu entendre retentir quelques SKRT Bonne surprise émanant des plus potaches de cette tribu naissante.

Mais c’est bien le candidat Philippe Poutou qui le premier s’empare du SKRT et qui, dès son intervention radiophonique du 28 mars, a ce désormais célèbre SKRT coucou pour saluer Patrick Cohen lors de la matinale de France Inter (Retrouvez l’interview complète ici).

Le buzz suscité par ce simple SKRT de Poutoux (il passe alors de 0,12 à 0,127% d’intentions de vote selon un sondage IPSOS pour BFMTV et La Gazette du Sentier) agit comme un effet boule de neige. En effet, chacun rivalise de SKRT pour surfer sur le buzz, mais celui qui s’en est approprié le mieux est bien entendu Jean Lasalle, qui tantôt à l’aide d’un SKRT Scoubidou nous explique comment repousser les avances d’un ours, ou plus tard pour saluer à sa manière le Brexit gratifie les téléspectateurs de TF1 d’un SKRT british. Il est vrai que nombre de commentateurs politiques, déroutés par l’accent pyrénéen du candidat, ont en revanche interprété à tort certaines de ses interventions pour des SKRT qui n’en étaient clairement pas comme le montre ce clip : https://youtu.be/1M85AaTBffM.

Enfin, c’est à l’occasion des résultats du premier tour que les SKRT les plus marquants ont été entendus : que ce soit les insoumis en découvrant la 4e place de leur candidat et leur désormais récurrent No SKRT, ou la réaction polémique d’Emmanuel Macron qui, suite à sa qualification au 2e tour, a lancé ce célèbre quadruple SKRT de mec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *