Interview du champion du monde de SKRT

cri-skrt

Cocorico !! Il est français et il vient de remporter le championnat du monde de SKRT « Longuest SKRT Conquest » le 13 Avril à Stockholm.

Cette compétition inédite regroupait plus de 1200 participants qui se sont réunis pour tenter de crier « SKRT » le plus longtemps possible.
Il s’appelle Thibault, il pratique le SKRT depuis plus de 2 ans en semi-professionnel et on a eu la chance de le rencontrer pour qu’il nous parle de sa performance et de sa passion si singulière.

PROPOS RECUEILLIS PAR SKRT.fr – PARIS SAMEDI 

 

Thibault au championnat du monde de SKRT
Thibault lors du championnat de SKRT en 2016

Bonjour Thibault, tu viens de réaliser l’exploit en remportant le championnat du monde avec un SKRT de plus de 27 secondes, comment on se prépare à ce type d’événement ?

Bonjour, ça fait bientôt 1 an que je m’entraine quotidiennement au moins une heure par jour. Les séances sont coupées en 2 : 30 minutes d’exercices de musculation des cordes vocales et 30 minutes d’exercices de diction pour trouver le parfait SKRT qui va permettre de réaliser l’exploit le jour J. En plus de ces séances, je fais de la sophrologie une fois par semaine pour trouver l’équilibre entre ma voix, mon corps et mon SKRT.

Pour les internautes qui découvrent cette discipline, peux-tu nous rappeler en quoi consiste un SKRT parfait ?

C’est simple, pour que notre SKRT soit homologué, il faut qu’on distingue parfaitement les 4 lettres du mot S-K-R-T pendant son cri. Ensuite, il faut qu’il soit à plus de 128 décibels sur toute la durée du SKRT. Pour finir, on se doit de crier avec une expression du visage « cool » sous peine de se faire éliminer. C’est assez technique et ça demande une vraie puissance vocale.

D’où te vient cette passion pour le SKRT, comment tu l’as découvert ?

J’étais à Los Angeles en Mai 2015 où j’ai assisté pour la première fois à une course de Nascar.
Le crissement des pneus sur l’asphalte était si puissant qu’à chaque virage la foule se levait et criait « SKRTttt » pour imiter ce bruit si particulier. C’est en voyant cette ferveur que je me suis intéressé au SKRT et à tout ce qu’il représentait aux US. J’ai lâché mes premiers SKRT en compétition officielle 6 mois après, j’étais devenu accro, c’est contagieux (rires).

On parle de la discipline SKRT pour les Jeux Olympiques en 2048. Est-ce que tu y crois et est-ce que c’est un objectif pour toi ?

Franchement, vu l’ampleur que prend le phénomène, je pense que c’est jouable. J’ai intégré le comité international du SKRT l’année dernière pour promouvoir la discipline dans le monde entier. On discute avec pas mal de personnalités politiques, on a bons espoirs de faire émerger ce sport. En 2048, j’aurai 52 ans, il n’y a pas d’âge pour pratiquer le SKRT. Je commence à m’y préparer tranquillement mais c’est quand même dans 31 ans !

Dernière question : Le mot de la fin ?

SKRTTTTTTTTTTtttttt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *